Son Histoire

 L’historique de ses origines à nos jours

Le volley-ball, comme le basket-ball, est un sport dont l’origine remonte à une centaine d’année et dont l’histoire est jalonnée d’évènements et de dates importantes. De façon assez surprenante, les deux sports ont été inventés dans la même université à quelques années d’intervalle. Le Volleyball naquit de l’imagination de William G. Morgan.

(JPG)

William G. Morgan est né en 1870 à Lockport (État de New-York aux USA). Il mena des études au « Springfield College » où il rencontra James Naismith (inventeur du Basketball en 1891).
Après son baccalauréat, il passa un an au YMCA d’Auburn (Maine) puis déménagea et entra en qualité de Directeur d’éducation physique au YMCA d’Holyoke (Massachusetts) en 1895.
Son poste lui donna l’occasion d’établir, de développer et de diriger un vaste programme de sports. Il cherchait à créer une nouvelle activité pour compléter son programme d’éducation physique. Se basant sur un jeu allemand populaire à l’époque, le faustball, il en a considérablement transformé les règles pour donner à son nouveau sport une plus grande valeur compétitive pour en 1895 créait un sport sous le nom de « mintonnette » qui regroupe aussi des éléments du basketball, baseball, tennis et handball mais nécessitant moins de contacts physiques que le basketball et le handball.

Pendant une démonstration de ce sport, certains ont remarqué que les joueurs « volleyaient » la balle, ce qui lui valut son nom actuel.

(JPG)
En 1900, le volley-ball traversa la frontière nord-américaine vers les YMCA canadiens et des compétitions régulières furent organisées entre les villes d’Ottawa, Montréal et Toronto. La popularité de ce sport ne cessa alors de croître mondialement grâce aux nombreux voyages des anciens élèves des YMCA, et la pratique de ce sport se diffusa rapidement dans le monde entier.

Après la seconde guerre mondiale, la popularité du Volley étant tellement forte que la Fédération Internationale de Volley-Ball (FIVB) fut créée (1946). Elle est responsable de l’organisation des championnats internationaux, de l’adoption et de l’amélioration des règles du jeu, de l’instruction et de la certification des arbitres et entraîneurs et de la promotion générale du volley-ball àl’échelle mondiale. En 1949, les premiers championnats du monde de Volleyball masculin se déroulèrent en Tchécoslovaquie et furent remportés par l’URSS.

A noter que la FIVB demeure la Fédération internationale la plus importante au monde, avec plus de 200 fédérations nationales comme membres.

(JPG)
Ce sport a été introduit aux Jeux Olympiques en 1964 par le Japon sans avoir jamais été un sport de démonstration.

Aucun pays n’a jamais véritablement dominé cette discipline, même si en termes de nombre de médailles remportées l’Union Soviétique s’impose. Au début, le Japon possédait la meilleure équipe féminine et les Etats-Unis la meilleure équipe masculine des années 1980. Le volley-ball a aujourd’hui atteint des sommets de popularité aux Etats-Unis et au Brésil, essentiellement grâce au volley-ball de plage (Beach-Volley).

L’énorme popularité du volley-ball se reflète dans une enquête menée en 1970 pour le compte du Comité International Olympique. Cette enquête montra que le volley-ball et le basket-ball étaient les sports les plus populaires avec près de 65,000,000 de joueurs actifs enregistrés auprès de chaque sport. Aujourd’hui, la FIVB estime à plus de 500 millions le nombre de joueurs de volleyball dans le monde entier.

Volleyball : les dates historiques importantes à retenir.

L’histoire moderne du Volleyball est jalonnée par quelques dates que tout bon historien ou amateur de volleyball doit retenir :

-  07 Juillet 1896 : 1er match de Volleyball au Collège de Springfield (USA).

(JPG)

-  1900 : une balle spéciale est créée pour ce sport.

-  1916 : apparition au Philippines du style offensive « bomba » relation passeur-attaquant.

-  1920 : les équipes ont droit à « 3 touches ».

-  1928 : création de l’USVBA (United States Volleyball Association), devenue USA Volleyball.

-  1930 : appararition du Beach « 2X2 »

-  1940 (env) : apparition de la « Manchette » auparavant le jeu consistait en « Passe Haute ». (JPG) (JPG)

-  1947 : création de la FIVB (Fédération Internationale de Volley-Ball) à Paris.

-  1949 : premier Championnat du Monde Masculin à Prague (Hongrie).

-  1955 : les Jeux Panaméricains incluent le volley.

-  1957 : le volleyball devient « sport olympique ».

-  1960 : apparition du Block, de la Défense.

-  1964 : apparition du volley aux Jeux Olympiques de Tokyo (Japon).

(JPG)

-  1983 : création de l’A.V.P. (Association ligue professionnelle de Volleyball)

-  1987 : création du championnat du monde de Beach Volleyball.

-  1990 : création de la Ligue Mondiale de Volleyball.

-  1995 : le Volleyball a 100 ans !!!

-  1996 : Beach-Volley présent aux Jeux Olympiques d’Atlanta (USA).

(JPG)

 

 

Volleyball : palmarès du championnat du monde masculin depuis sa première édition en 1949

Les vainqueurs du championnat du monde de Volleyball sont (finaliste) (pays organistaeur) :

2006 : Brésil (Pologne) (Japon)

2002 : Brésil (Russie) (Angleterre)

1998 : Italie (Yougoslavie) (Japon)

1994 : Italie (Pays-Bas) (Grèce)

1990 : Italie (Cuba) (Brésil)

1986 : USA (URSS) (France)

1982 : URSS (Brésil) (Angleterre)

1978 : URSS (Italie) (Italie)

1974 : Pologne (URSS) (Mexique)

1970 : RDA (Bulgarie) (Bulgarie)

1966 : Tchécoslovaquie (Roumanie) (Tchécoslovaquie)

1962 : URSS (Tchécoslovaquie) (URSS)

1960 : Brésil (URSS) (Tchécoslovaquie)

1956 : Tchécoslovaquie (Roumanie) (France)

1952 : URSS (Tchécoslovaquie) (URSS)

1949 : URSS (Tchécoslovaquie) (Tchécoslovaquie)

Volleyball : le ballon (taille et dimensions selon les différentes catégories d’âge)

Le réglement officiel du volleyball fixe les caractéristiques du ballon. Il doit être sphérique avec une enveloppe en cuir souple naturel ou synthétique comportant à l’intérieur une vessie en caoutchouc ou en matériau similaire pour être homologué par la FIVB.

couleur uniforme ou combinaison  de couleurs
circonférence entre 65 et 67cm
poids entre 260 et 280 grammes
pression entre 0.30 et 0.325 kg/cm2

Volleyball : les principaux gestes et phases de jeu

 

LA PASSE

 


C’est la touche de base. Le geste consiste à toucher la balle devant soi, au-dessus de la tête, avec les doigts répartis de part et d’autre du ballon.

(JPG)

Contrairement à ce qui est visible, le mouvement des bras sert essentiellement à amortir le contact avec la balle, mieux la maîtriser et assurer la direction de la passe.

(GIF)

(JPG) La puissance et la portée de la passe vient des appuis, de la poussée des jambes au moment du contact. Rappellons qu’un contact prolongé avec le ballon est interdit au volley. C’est le seul sport collectif ayant cette caractéristique. La passe étant plus précise que la manchette, elle est de plus en plus utilisée lors de la réception des services flottants (smashés ou non).


 

LA MANCHETTE

 


(JPG) C’est le mouvement utilisé lorsque la balle est basse et/ou rapide (réception de service, défense sur un smash). Le plan de contact s’effectue au niveau de l’intérieur des avant-bras, les bras étant tendus, formant un angle avec le buste, cet angle étant variable selon la distance par rapport au passeur. (GIF) (GIF) (GIF)
La poussée se fait au niveau des jambes, tout en gardant l’angle entre le buste et les bras. La manchette sert a amener la balle au passeur qui lui va faire une passe.

(JPG)

 

LE SMASH OU L’ATTAQUE

 


(JPG) C’est la touche d’attaque. Il s’agit d’un geste très technique, la balle étant frappée par le joueur alors qu’il est en suspension. Il existe différents types d’attaques :

-  l’attaque puissante, qui cherche à forcer le contre, c’est-à-dire à empêcher toute récupération après celui-ci. Elle peut aussi provoquer le blocking-out, c’est-à-dire frapper les mains du contreur de manière à être déviée vers l’extérieur du terrain.(JPG)

-  l’attaque lobée, juste derrière le contre, pour surprendre la défense.

-  l’attaque placée, en un point où la défense sera incapable de la reprendre.(JPG)

(JPG)

Les attaques se font sur les postes avants, c’est-à-dire les postes 4, 2 et 3 (central) et sur les postes arrières, généralement sur les postes 1 et 6 (attaques aux trois mètres). Dans ce dernier cas le joueur arrière prend son appel derrière la ligne des trois mètres sans la toucher pour attaquer le ballon au dessus du filet. Le libéro ne peut attaquer ni dans la zone avant ni dans la zone arrière. Il est le seul joueur qui ne peut pas attaquer au dessus du filet.


 

LE BLOC (contre)

 


(JPG) C’est le mouvement défensif (il n’est pas comptée parmi les 3 touches autorisées). Son objectif est d’empêcher le ballon de passer dans son camp tout en faisant tomber le ballon dans le terrain adverse.
Dans certaines options tactiques, il peut être "défensif" afin de conserver le ballon dans son camp en facilitant le jeu des défenseurs pour enchaîner sur une phase d’attaque.

(GIF)

Ni un joueur arrière et ni le Libéro ne peuvent contrer ou participer à un contre. enfin, un service ne peut pas être contré.


 

LE SERVICE

 


(JPG) C’est la touche d’engagement. C’est toujours le joueur en poste 1 qui sert. Le serveur doit se placer derrière la ligne de fond de son terrain (sans marcher dessus), où il le souhaite en profondeur, mais rester dans les limites du terrain en largeur. Il doit frapper la balle à une main. Avant la frappe, le ballon doit être lancé ou lâché (il ne peut être tenu). Si le ballon touche le filet, mais passe dans le camp adverse, le service est valide. Au moment du service, les joueurs doivent respecter leur position pour la rotation en cours sous peine de faute. A l’exception du serveur, tous les joueurs doivent être entièrement à l’intérieur du terrain lors du service : ils ne doivent pas toucher le terrain à l’extérieur des lignes. Une fois la balle frappée, les joueurs peuvent sortir du terrain et changer de poste (les joueurs aux postes 1, 5 et 6 entre eux et les joueurs aux postes 2, 3 et 4 entre eux). Il existe plusieurs types de services :

-  Le service des débutants, communément appellé "service cuillère"

Il consiste à prendre le ballon de la main gauche (pour un droitier), de tendre ce bras en avant a hauteur du bassin, lancer légèrement le ballon en hauteur, et de le frapper par dessous avec la main droite pour le faire "voler" en avant.

-  Le service flottant

Ce type de service ne nécessite pas l’utilisation des jambes. Le joueur lance sa balle en hauteur et la frappe en utilisant le geste caractéristique de l’attaque, sans toutefois rabattre sa main totalement. Le geste est arrêté au moment précis de l’impact entre ballon et main ferme.

-  Le service smashé

Le smashé est pratiqué le plus fréquemment par les professionnels. Ce service nécéssite lui l’utilisation des membres inférieurs. Pour ce faire, le joueur doit se placer un peu après la limite du terrain, lancer très haut son ballon et effectuer une petite course d’élan pour frapper sa balle lors de la suspension. Ce type de service très fort nécéssite une position de réception parfaite, néanmoins il est assez simple à réceptionner car la balle tournante et très rapide rebondit sur les bras du receptionneur, qui ne doit donc pas faire d’efforts pour la ramener en l’air.

-  Le service smashé flottant

Ce service est très utilisé par les professionnelles féminines, mais également de plus en plus par les masculins. Il consiste à prendre une course d’élan (moins grande que pour le smashé). Cependant, contrairement au smashé, ce n’est qu’une fois le joueur en mouvement qu’il lance son ballon ( beaucoup moins haut que pour un smashé), et au lieu de le frapper à la manière d’une attaque, il claque juste sa balle pour ne pas qu’elle tourne. De ce fait, la réception nécéssite une mobilité des jambes absolue.

Séquence classique Après le service adverse, le réceptionneur envoie la balle au passeur, qui distribue à l’un de ses attaquants qui smashe afin de marquer le point.

Combinaisons Afin de surprendre l’équipe adverse, diverses tactiques ou combinaisons peuvent être mises au point. Le contre pour bloquer une attaque, une feinte (ou familièrement carotte ou bidouille) pour surprendre le contre adverse...

(JPG)

Les combinaisons ont pour objectif de créer un déséquilibre pour l’équipe attaquante : une balle accélérée permet, par exemple de surprendre le contre en permettant à l’attaquant de frapper la balle avant que le contre adverse soit prêt.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×